100_3439
LA BANDE RIVERAINE

AVANTAGES DE LA BANDE RIVERAINE VÉGÉTALISÉE

En plus d’être une importante zone écologique riche en biodiversité et d’assurer la transition entre les écosystèmes terrestres et aquatiques, la bande riveraine joue plusieurs rôles positifs dans le maintien et l’amélioration de la qualité de l’eau. C’est plus de 90% des espèces animales vivant en bordure des points d’eau qui utilisent cette zone pour se nourrir, se reproduire et s’abriter.

  • Rétention des sédiments, nutriments et contaminants

Le couvert végétal de la bande riveraine réduit la vitesse d’écoulement des eaux de ruissellement en provenance des terres adjacentes, ce qui favorise la sédimentation des particules du sol et des nutriments et contaminants qui y sont liés.

  • Régularisation de la température de l’eau

Les cimes des arbres qui surplombent les plans d’eau réduisent la quantité de radiations solaires entrant dans l’eau et, par conséquent, diminuent les fluctuations de température. Cette régulation de la température de l’eau est bénéfique pour la faune aquatique, car elle peut augmenter le pourcentage de saturation en oxygène dissous, réduire les maximums des températures estivales et augmenter les minimums des températures hivernales.

  • Stabilisation des berges et protection contre l’érosion des sols

Les racines des arbres, des arbustes et des herbacées stabilisent les berges et retiennent le sol en lui donnant une plus grande cohésion. Ainsi, elles immunisent directement les terres contre l’érosion des sols causée par les eaux de ruissellement, le mouvement des glaces lors des crues hivernales et printanières, et l’action du vent. Toutefois, le système racinaire des herbacées est moins développé que celui des arbres et des arbustes.

  • Réduit la vitesse d’écoulement de l’eau

La bande riveraine réduit la vitesse d’écoulement de l’eau tant par les racines qui favorisent l’infiltration de l’eau dans le sol, que par le feuillage qui ralentit l’arrivée de l’eau de pluie au sol.

  • Sert de barrière naturelle contre les polluants

La végétation joue un rôle de filtration en formant une barrière naturelle pour les pesticides et les nutriments, notamment le phosphate et le nitrate. Ces nutriments sont responsables de l’augmentation des algues dans l’eau.

  • Régularisation de l’hydrosystème et recharge de la nappe phréatique

Les débris grossiers (arbres, branches) qui tombent dans l’eau augmentent la stabilité de l’hydrosystème en créant des embâcles qui dissipent l’énergie des eaux courantes et ralentissent sa vitesse d’écoulement, ce qui diminue son pouvoir érosif. Les sols de la zone riveraine sont souvent riches et épais. Ils favorisent ainsi l’infiltration de l’eau de ruissellement et la recharge de la nappe phréatique.

  • Création d’habitats pour les communautés benthiques et piscicoles

Les amas de débris organiques servent de sites de ponte, de croissance, de repos et de refuge pour la communauté benthique. Les arbres, les branches et les souches qui tombent à l’eau contribuent à la formation de fosses, qui sont souvent l’habitat préféré des poissons.

  • Limitation de la productivité autochtone des plans d’eau

L’absorption directe des nitrates et du phosphore par la végétation de la bande riveraine ainsi que la transformation des nitrates en azote gazeux par les processus de dénitrification jouent un rôle important dans l’élimination des excédents d’azote en provenance des milieux agricole et domiciliaire. Autrement, l’azote et le phosphore entreraient directement dans les lacs et cours d’eau, ce qui contribuerait à leur enrichissement.

L’ombrage créé par la présence d’un couvert tel que celui des forêts matures diminue la quantité de lumière pouvant atteindre les masses d’eau et, par conséquent, limite aussi la production autochtone (productivité primaire) des milieux aquatiques.

Ainsi, l’implantation d’une bande riveraine est une des mesures préconisées pour diminuer l’eutrophisation des plans d’eau et la prolifération excessive des cyanobactéries (algues bleu-vert).

  • Maintien de la biodiversité aquatique et terrestre

L’ensemble des débris grossiers qui se retrouvent dans l’eau complexifie le milieu et augmente la qualité de l’habitat piscicole et benthique, ce qui favorise une plus grande biodiversité.

En milieu terrestre, la diversité des vertébrés est plus élevée dans la bande riveraine que partout ailleurs sur le territoire. Plusieurs espèces y trouvent un habitat pour se déplacer et accomplir une partie ou l’ensemble de leur cycle vital.

MENU PLANTATION

La bande riveraine est une zone de végétation permanente, sans labours ni intrants, qui marque une transition entre le milieu terrestre et le milieu aquatique.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Fermer le menu